Visite virtuelle : 2, 8 ou davantage de photos ?

Une visite virtuelle complète (360° x 180°) est toujours une expérience saisissante ! On est suspendu dans l’espace et on peut se diriger absolument dans toutes les directions… évidemment sans voir l’appareil photo ni le trépied. Mais comment font-ils ? Et bien je ne répondrai pas à cette question aujourd’hui en revanche je souhaite parler maintenant du nombre de photos « idéal » à prendre pour réaliser cette visite virtuelle immersive complète.

 

Visite virtuelle du restaurant Bernard Loiseau

Si je vous explique dans un long tutoriel comment réaliser une visite virtuelle sur mon guide de la photo panoramique, une question revient tout de même régulièrement quant au nombre idéal de photos à prendre. Je vais tenter d’apporter des éclaircissements dans cet article.

Tout d’abord, mon état d’esprit. Je me sens avant tout photographe « élevé » aux images d’Ansel Adams, Eugène Smith, Irvin Penn, Sarah Moon, David Osborn, François-Xavier Bouchard, Jean-Loup Sieff, et je pourrai continuer comme cela longtemps… Pour moi, une visite virtuelle, au prétexte que c’est spectaculaire doit tout de même garder ce coté « photographie » et pas seulement « technique ». Je trouve malheureusement que de nombreuses visites virtuelles, parfois pourtant irréprochables techniquement, ne sont pas intéressantes photographiquement. Or j’y suis sensible…

 

Pour moi, une visite virtuelle, au prétexte que c’est spectaculaire doit tout de même garder ce coté « photographie » et pas seulement « technique »

 

Je suis donc tout le temps à la recherche des deux ou trois belles lumières qui mettent davantage en valeur tel ou tel endroit, telle ou telle pièce. Une fois que j’ai « ma » lumière, je tente autant que faire ce peu de mettre toutes les chances techniques de mon côté en choisissant bien mon matériel, en soignant sa mise en oeuvre et donc en choissant bien le nombre de photos qui vont la mettre en valeur sur Internet et donc sur nos écrans.

Or de combien de photos a-t-on besoin pour prendre une visite virtuelle complète ? Pour quelle qualité finale ?

Tout dépend de l’objectif utilisé évidemment et donc de sa focale. Ça vous le saviez déjà. S’il s’agit de répondre factuellement à cette question, on peut donc répondre : deux avec un objectif fish eye circulaire suffisent !
Oui, mais pour quelle qualité d’affichage ? Est-ce que le seul côté spectaculaire peut suffire ? Dans tous les cas de figures ?

 

Photos prises avec un objectif fish eye circulaire et full frame
Photos prises avec un objectif fish eye circulaire et full frame

 

Comme il n’existe évidemment pas une réponse toute faite et unique, nous allons voir les différents cas de figures. En gros, je vois trois grands cas de figures :

  • Soit vous souhaitez aller le plus vite possible et donc prendre le moins de photos possible;
  • Soit privilégier le « bon » rapport nombre de photos / qualité finale;
  • Soit, enfin, obtenir la meilleure qualité finale, sans contingence de temps passé à prendre les photos.

 

Note importante ! Quelle taille de fichier pour quelle taille d’affichage ? – A : L’image panoramique qui va devenir une visite virtuelle mesure 360° x 180°. Il s’agit donc d’un fichier image (JPEG, TIFF ou autre) de, par exemple 4000 x 2000 pixels. Le rapport est de 2/1. Les 4000 pixels de côté dans notre exemple permettent d’afficher sur 4 faces de cube nos 360°.  B – Si on considère que votre écran permet d’afficher un côté de votre panorama soit environ 90° des 360° et que l’on considère que le standard de nos écrans aujourd’hui est de 1920 pixels de côté en moyenne, alors un panorama sous forme de visite virtuelle a besoin de faire au moins 2000 pixels par côté x 4 soit environ 8000 pixels de long lorsque la visite virtuelle est affichée en dézoomant au maxi. A cette taille là, on est bien d’accord que l’on ne pourra pas zoomer dans l’image mais son affichage sera beau. Si notre panorama une fois assemblé mesure plus de 8000 pixels de côté alors on peut considérer que l’on pourra commencer zoomer dans la visite virtuelle sans voir d’affreux pixels comme on en voit trop dans les soit disant records du monde…

 

1 – Allez le plus vite possible ou tout du moins prendre le moins de photos possible :

Dans ces conditions, vous pourriez ne prendre que deux photos avec un objectif fish eye circulaire (180°x180°). Mathématiquement, vous n’avez besoin que de deux photos pour prendre 360°.

Mais avec deux inconvénients de taille, au propre comme au figuré ! Au figuré tout d’abord car les deux photos n’ont pas de zone de recouvrement. Il est donc compliqué de les coller ensemble sans que cela se voit. J’ai déjà essayé et le résultat final est très loin de mes standards de qualité. Les zones d’assemblage ne sont pas propres. Au propre maintenant, même avec un capteur à 20 Mpixels et parce que vous n’utilisez qu’une petite partie du capteur (fig. ci-dessus à droite), la taille de votre fichier image est très petit : environ 7000×3500 pixels et donc assez loin des 8000 pixels minimum selon moi pour afficher très correctement votre panorama.

Entendons-nous bien, je ne dis pas qu’il faille éviter absolument ce cas de figure car je sais que certaines conditions de prises de vue ne permettent pas de prendre autant de photos que l’on veut. Le sujet « impose » alors la méthodologie. Le côté spectaculaire du point de vue, de la scène photographiée l’emporte sur la qualité d’affichage. Et je n’ai aucun problème avec ça.Cela ne doit pas empêcher de choisir sa lumière 🙂

En revanche, quand cette procédure de prise de vue est appliquée juste pour battre le record du nombre de prise de vue, je ne suis plus intéressé.

Quand en plus j’apprends que c’est éventuellement pour gagner du temps alors je reste perplexe car je sais que le deuxième cas de figure va également très vite à prendre pour un gain qualitatif très marqué.

 

2 – Le « bon » rapport nombre de photos/qualité :

Depuis longtemps, je pense et j’expérimente que le « bon » rapport nombre de photo / qualité d’affichage est de 8 photos : 6 photos prises à l’horizontales plus une photo pour le zénith et éventuellement une photo pour le nadir. Il me faut en moyenne une à deux minutes maxi pour prendre toute ma matière première !

Chantier du Grand Carré Jaude de Clermont-Ferrand
Chantier du Grand Carré Jaude de Clermont-Ferrand

Le fichier final mesure 15000 pixels de côté avec la nouvelle génération de boîtiers 24 Mpixels. Il est donc possible d’avoir une réserve de zoom vraiment intéressante. Ces photos sont prises avec un objectif fish eye de 10,5 mm de focale (Nikkor ou Sigma, etc.) en format APS-C et 15 ou 16 mm Fish Eye en 24×36. Je vous renvoie à mon article sur l’objectif Canon Fish Eye 8-15 mm.

 

3 – La qualité maxi : de 18 photos aux photos gigapixels…

Lorsque vous souhaitez offrir encore davantage de zoom, il faut alors augmenter ce nombre de photos. Vous entrez alors dans le monde du gigapixels… pour le meilleur et le pire 🙂 Les temps de prise de vue se rallongent et les têtes panoramiques motorisées rendues presque indispensables.

Cela dit, juste un dernier point que je trouve intéressant : au dela de 8 photos, quelle est la focale la plus intéressante à utiliser ? Est-ce qu’un objectif 14 mm est intéressant ?

Et bien, contrairement à  ce que l’on croit, non ! Le 14 mm n’est vraiment pas intéressant car on est obligé de prendre deux rangées de 8 photos + zénith et nadir soit 18 photos. Cette focale n’est pas assez courte pour pouvoir se contenter d’une seule rangée. Or n’existe-t-il pas une focale plus longue donc qui offrira davantage de détails pour ce même nombre de rangées ou juste un peu plus ? Je vous le donne en mille : SI !
Si vous prenez un 24mm de focale, vous aurez besoin toujours de deux rangées avec juste 10 photos à l’horizontale soit deux photos de plus par rangée ! Pour 22 photos (au lieu de 18 photos, la bonne affaire !), vous prendrez la sphère complète, avec ce qu’il faut de recouvrement et sensiblement plus de détails.

C’est donc mon compromis idéal lorsque j’ai besoin d’offrir une visite virtuelle de meilleure qualité. Le temps de prise de vue n’est vraiment pas trop long et la qualité de zoom encore supérieure à mes 8 photos.

Ensuite, on entre dans le monde du gigapixel : avec un 50 mm, il faut 128 photos et je mets 50 minutes pour prendre toutes les photos dont j’ai besoin avec une tête manuelle car il est alors bien difficile d’automatiser cette séquence à cause de la mise au point. Voici la visite virtuelle de la Léproserie de Gisors près de Beauvais où le peintre Monténégrin Dado à peint une fresque monumentale pendant dix années de sa vie…

 

Visite virtuelle de la chapelle Saint-Luc de Gisors
Visite virtuelle de la chapelle Saint-Luc de Gisors – Peinture de l’artiste Dado

Arnaud

Photographe-auteur depuis 2004, je suis avant tout un photographe passionné depuis l’âge de quatorze ans, passionné par la photo panoramique et la gestion des couleurs, entre autres...!

8 Commentaires

  1. Bonjour
    Ave un d7100 et un objectif 10-20 est il possible de realiser de belle visite virtuelle ? Combien de photo necesaire ?
    Bien cordialement

  2. Hello Arnaud,
    Merci encore une fois pour ce billet très précis et qui aide à remettre les questions dans le bon ordre au sujet des visites virtuelles.

    Un point de ton article me laisse toutefois interrogatif : tu parles de 18 photos à 14mm, en deux rangées.

    Or, après avoir longtemps « tourné » en APS-C + Samyang 8mm, où je n’avais besoin que de 8 déclenchements « min. » : 4 à l’horizontal, 1 zénith et 3 nadirs, j’ai maintenant un FF (D700) et je lui ai associé le 14mm de Samyang.
    J’ai fait de nombreux tests à la maison, pour définir une méthodologie de prise de vue, et au final j’ai retenu la méthode suivante :
    – 6 photos à l’horizontale (au lieu de 4), , en tournant la tête pano de 60° à chaque fois
    – 3 photos du « zénith » à « 60° » d’inclinaison (au lieu de 1 à 90°), en tournant la tête pano de 120° à chaque fois
    – 3 nadirs (identique à précédemment), , en tournant la tête pano de 120° à chaque fois

    Peux-tu préciser un peu plus ce que tu entends par « 2 rangées » ? Et-ce quelque chose d’approchant à la technique que j’utilise pour le zénith, ou rien à voir ?

    Merci en tout cas pour ce billet qui va directement dans les liens pour le cerveau sur mon blog 😉

    Question « subsidiaire » : un 24mm n’est-il également pas plus intéressant du fait qu’il y ait potentiellement moins de déformations optiques complexes sur ce type de focale qu’avec un 14mm ?
    (Je repensais à notre discussion sur ces problèmes optiques et l’assemblage autopano pendant les RPG en 2011)

    1. Salut Seb,

      Je n’avais jamais pensé ni essayé ta méthodologie donc franchement, s’il y a assez de recouvrement, pourquoi pas. Cela fait tout de même 12 photos.

      Quand je parle de deux rangées, je parle d’une rangée vers le haut (+30°) et d’une rangée vers le bas (-30°) + Z et N. Je prends deux photos vers le nadir uniquement.

      Les avantages liés à la focale et donc aux déformations sont moins importants maintenant que nos logiciels d’assemblage préférés sont capables d’assembler super bien toutes sortes de focales, même 14mm.

      1. Merci pour ta réponse.
        Oui ca fait 12 photos si j’en prends 3 du nadir (j’avais appris comme cela pour « virer » le bras de la tête pano de la zone nadir). Mais comme je vois que tu n’en prends que 2 (à 180° l’une de l’autre j’imagine), je vais tenter également comme cela.
        Sinon, en me relisant je me rends compte que ma méthode n’est pas symétrique entre le haut et le bas…
        Je vais du coup aussi tester une autre variante du type :
        – 1 rangée de 6 à 0°
        – 1 rangée de 3 à +60°
        – 1 rangée de 3 à -60°

        Merci encore de ton temps en tout cas !

          1. Sans problème.
            Tu préfères pas les jpg 100% pour l’envoi http ?
            Parce qu’au niveau de la taille ca devrait faire un zip sympathique avec les raws 😉

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.